Menu
Formation d'acupuncture au Centre Imhotep

Ecole de référence en acupuncture traditionnelle à Paris depuis 1995

SERVE, RESTITUERE, ADJUVANTE : servir (le ciel), rétablir (la santé), seconder (la terre)

L'acupuncture en France

ACUPUNCTEUR : UN METIER QUI REPOND AUX ATTENTES ACTUELLES DES FRANCAIS 

En France, 40% des français (1) ont recours aux médecines complémentaires. Selon, les organisations professionnelles françaises, la médecine traditionnelle chinoise représente environ 6 millions d’actes chaque année en France.

Bien etreEn effet, l’acupuncture répond à la volonté des Français d’être acteurs de leur santé via des pratiques naturelles n’ayant pas d’impact toxique ou d’effets secondaires sur le corps. Cette pratique plaît également pour son aspect préventif plutôt que curatif. Cette logique de prévention s’inscrit dans la tendance actuelle qui est de remettre en cause nos modes de vie pour rester en bonne santé. L’acupuncture contribue à responsabiliser les individus, en les poussant à réfléchir à l’impact de leur mode de vie sur l’économie et l’environnement.

Aussi, les patients apprécient la vision holistique du corps proposée par l’acupuncture, qui se traduit concrètement par une séance d’une heure sur-mesure.

A noter que pour les Français, les médecines complémentaires telles que l’acupuncture ne se substituent pas à la consultation d’un médecin, mais sont utilisées en complément.

 

UNE RECONNAISSANCE CROISSANTE DES BIENFAITS DE L'ACUPUNCTURE DANS LE MILIEU MEDICAL FRANCAIS

A ce jour, aucun diplôme d’école d’acupuncture n’est reconnu officiellement en France, mais il faut noter une légitimité croissante auprès des professionnels de santé. Preuve irréfutable de l’essor de l’acupuncture en France, certains hôpitaux l’intègrent aujourd’hui en complément de traitements allopathiques, et ce afin d’atténuer les douleurs et effets secondaires de traitements dans le cas de pathologies lourdes. C’est l’exemple de la Salpêtrière située à Paris qui a créé en 2009 son Centre intégré de médecine chinoise (CIMC). D'autres hôpitaux, comme le CHRU de Lille, proposent aux femmes enceintes des séances d'acupuncture prodiguées par des sages-femmes.

S’agissant des remboursements, seuls les actes d’acupuncture pratiqués par des docteurs en médecine sont en partie remboursés par la Sécurité Sociale. Certaines mutuelles remboursent une partie des frais de consultation, même dans le cadre d’actes pratiqués par des non-médecins.

 

L'ACUPUNCTURE : UNE OPPORTUNITE DE REDUIRE LE COUT DES SOINS ET DE SOULAGER LES PATIENTS 

L’acupuncture permet un soulagement complémentaire voire alternatif à certains antalgiques et médicaments, utilisés par la médecine conventionnelle.

L’acupuncture représente notamment une véritable opportunité face à l’essor des maladies chroniques et évolutives (MCE), qui concernerait 10 millions de personnes en France (2). Elle pourrait ainsi permettre de réduire les coûts liés à ces soins, qui sont à l’heure actuelle de 95 milliards d’euros, soit la moitié des dépenses annuelles de l’Assurance Maladie.

Sources : 
(1) https://www.france-assos-sante.org/2018/05/31/de-quoi-les-medecines-complementaires-et-alternatives-sont-elles-le-nom/
(2) https://www.lesechos.fr/2018/01/la-part-des-maladies-chroniques-augmente-965423